Le tournesol pour isoler les maisons

tournesolLe projet DEMETHER a permis le développement de matériaux biosourcés issus de co-produits de l’agriculture pour l’isolation thermique de bâtiments.
Ce projet a permis de mettre en évidence les atouts de la tige de tournesol afin de créer des matériaux d’isolation. Deux constats : l’écorce des tiges de tournesol assure une excellente fonction mécanique, tandis que la moelle confère aux panneaux isolants de bonnes propriétés thermiques. L’isolant développé présente ainsi un coefficient de diffusion thermique de 0,06 W/(m2.K). Cette approche prend en compte la viabilité à long terme de ces nouveaux matériaux et de leurs applications industrielles. Toute une gamme de biomatériaux sera développée pour l’isolation thermique de bâtiments, et de nouveaux projets sont déjà à l’étude.
Pour Jean-Denis MATHIAS de l’IRSTEA, porteur du projet : « Le projet DEMETHER est un projet fondamental qui a mis en évidence le potentiel de valorisation des co-produits agricoles afin de produire des matériaux à valeur ajoutée en matière de propriétés physico-chimiques, économiques et environnementales. Notre objectif est maintenant de transférer les connaissances acquises vers l’industrie à travers différents projets collaboratifs innovants. »
« Céréales Vallée a pleinement soutenu le projet DEMETHER, qui s’inscrit parfaitement dans notre champ d’activités. Depuis sa création en 2005, le Pôle est convaincu de la pertinence de valoriser les ressources renouvelables que sont notamment les céréales. Elles disposent en effet de multiples propriétés pour répondre aux besoins alimentaires mais aussi non-alimentaires. Les marchés d’application visant à valoriser l’ensemble des constituants des céréales et de leurs co-produits (paille, tiges, feuilles) sont multiples, que ce soit pour imaginer de nouveaux matériaux ou de nouvelles molécules, pour la plasturgie, le bâtiment, les cosmétiques ou encore la chimie de spécialités. » a commenté Grégoire BERTHE, Directeur Général de Céréales Vallée.
D’une durée de 4 ans, le projet a réuni 7 équipes de recherche autour d’IRSTEA, porteur du projet, pour un budget global de près de 2 millions d’euros, soutenu par les pôles de compétitivité Céréales Vallée et Viaméca, s’inscrit donc une réelle dynamique économique, environnementale et territoriale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *