Krijn-de-KoningAvec son architecture brute et monumentale, le CENTQUATRE-PARIS, établissement artistique de la Ville de Paris, invite Krijn de Koning à remodeler ses espaces et ses volumes ouverts à tous, avec le soutien de Build Beyond by Knauf.

Chaque œuvre du néerlandais Krijn de Koning est pensée pour un site spécifique. Ses installations, qui mêlent sculpture, peinture et architecture, déconstruisent géométriquement le lieu choisi en l’investissant, créent une mise en abyme, avec d’autres espaces dans l’espace, induisant ainsi de nouvelles déambulations et perspectives. Ses interventions bouleversent l’esprit du lieu afin d’en révéler sa particularité, sa beauté et parfois même sa problématique.

Une exposition soutenue par Build Beyond by Knauf

Résolument avant-gardiste, Build Beyond by Knauf est un concept inédit visant à rapprocher art et architecture afin de susciter des opportunités de création et d’échanges novateurs.

Dédiée aux artistes et architectes, cette plate-forme de partage d’idées, catalyseur de rencontres, Build Beyond vise à favoriser la créativité, à aller au-delà des limites et propose pour cela des conversations, interviews croisées, interactions, challenge, ainsi que de nombreuses actions déployées tout au long de l’année.

C’est dans ce cadre et après avoir soutenu l’exposition de Felice Varini « des cercles, des toits, des façades » à Versailles en 2013 que Build Beyond by Knauf devient pour cette édition mécène du CENTQUATRE-PARIS en soutenant l’exposition de Krijn de Koning « DE KONING : ESPACE – COULEURS ». Un mécénat qui prend toute sa signification, Krijn de Koning s’appropriant l’espace en y ajoutant des constructions sculpturales, architecturales et colorées pour offrir de nouvelles possibilités d’utilisation et d’interprétation du lieu, Build Beyond visant à explorer les réflexions sur l’espace, la signification, le jeu des formes et des matières .

Comment qualifiez-vous votre rapport à l’espace ? 

« Je suis extrêmement intéressé par cette notion de réalité construite autour de nous : le milieu, l’espace, comment tout cela est construit et conditionné et à quelles problématiques cela répond. 
Il y a énormément à voir, à sentir sur la réalité qui nous entoure : celle fabriquée par des humains avec leurs idées. La réalité peut prendre une forme très claire, hasardeuse, méchante ou généreuse. Intervenir avec un geste sculptural ou architectural, cela montre que même si les choses sont construites, elles ne sont pas aussi fixes qu’on ne les envisage. Leurs conséquences sur notre perception, aussi conditionnées qu’elles soient sont plus simples à changer, à clarifier ou complexifier qu’on ne le pense, cela dépend toujours de l’endroit ou de l’instant. J’ai fait des installations blanches dans un espace blanc, et la conséquence est que la pièce disparait. Il peut y avoir des contradictions passionnantes à traiter, par exemple des œuvres intégrées par l’architecture mais séparées par la couleur. J’aime travailler sur ce type de contradictions. En Angleterre j’ai fait une seule et même œuvre reproduite deux fois et présentée dans deux espaces différents : dans un musée et dans une grotte victorienne. C’est très intéressant de se confronter à la différence. Ainsi, on envisage le travail en double et cela nous amène à nous projeter d’un espace à un autre. L’installation devait être doublement in situ. Dans tous les cas, je n’ai pas d’attentes hiérarchisées, j’essaie d’être toujours le plus ouvert possible à une situation autour de moi, face à un espace. Il y a tant de différents enjeux et tout autant de solutions, même un simple apport de couleur peut tout bouleverser. C’est une recherche personnelle relativement intuitive qui me procure du plaisir, mais j’ai une conscience de l’impact que cela peut avoir sur l’espace. J’ai également un rapport très fort au pragmatisme : les moyens, les aides, les matériaux vont structurer mon activité d’artiste. »

Krijn-de-Koning1

 

Du 10 janvier au 05 avril 2015