Depuis le 1er janvier 2013, la RT 2012 impose aux constructions neuves le niveau BBC (50kWh d’énergie primaire/m2/an). Dans le cadre de son Observatoire du Confort dans l’Habitat, l’association Promotelec édite pour la troisième année, son retour d’expérience sur la construction de Bâtiments Basse Consommation (BBC). Pour la première fois, cette nouvelle édition intègre l’analyse de l’association sur les constructions appliquant la RT 2012 par anticipation.Les modes constructifs qui prédominent le marché des maisons individuelles label BBC sont la brique avec 49% et le béton (incluant le parpaing) avec 32,5%. Même constat sur le marché des logements collectifs où la brique représente 45,5% du marché et le béton, 32,1%. Par ailleurs, la maturité des entreprises pour traiter l’étanchéité à l’air du bâti est confirmée. En revanche, un nombre important de logements n’atteindraient pas les exigences actuelles fixées par la RT 2012 relatives à l’accès à l’éclairage naturel.Pour le chauffage comme pour l’eau chaude sanitaire (ECS), les solutions gaz restent dominantes. Cette énergie permet de chauffer 3/4 des logements individuels et collectifs et de produire l’eau chaude sanitaire pour 2/3 des logements de l’échantillon. L’électricité arrive en seconde place avec 15% des logements individuels et collectifs : 50% d’entre eux sont équipés de systèmes thermodynamiques,les 50% restants utilisent des solutions à effet joule. On observe également le recours massif à une distribution du chauffage par la boucle d’eau chaude (90% des logements) dans des bâtiments bénéficiant d’une isolation renforcée, ce qui requiert un système de régulation très performant. Les solutions solaires (thermiques et photovoltaïques) quant à elles, voient leurs parts de marché baisser.

La ventilation mécanique contrôlée simple flux est toujours la solution préférée des maîtres d’ouvrage. Le bouquet « Chauffage chaudière gaz + ECS chaudière gaz + VMC simple flux hygro B» domine dans le logement collectif privé (64,30 %), mais en maison individuelle, cette solution est dorénavant challengée par le bouquet pompe à chaleur + ECS thermodynamique.

Promotelec révèle les premières tendances qui se dessinent par rapport aux constructions de niveau BBC RT 2005 :
– Un accroissement de l’isolation thermique par l’intérieur
– Une diversification des signatures architecturales, dans des environnements urbains parfois très contraints
– Des modes de production de chauffage et d’eau chaude sanitaire en évolution : émergence de nouvelles solutions : pompes à chaleur double service… Fort développement des raccordements aux réseaux de chaleur, des solutions biomasse et systèmes thermodynamiques
– La possibilité de recourir au chauffage électrique à effet joule moyennant une qualité bioclimatique renforcée sans nécessairement avoir recours au photovoltaïque
– Des marges possibles de progrès sur la qualité bioclimatique (Bbio)

Il semblerait que la RT 2012 induise un retour à l’isolation thermique par l’intérieur (contrairement aux bâtiments BBC RT 2005 qui avaient laissé une large place à l’isolation thermique par l’extérieur) : elle représente plus de60% des parts de marché. Plusieurs changements sont à noter sur les modes de production du chauffage et de l’eau chaude sanitaire :
– L’émergence de nouvelles solutions, telles la pompe à chaleur double service, ou chaudière hybride
– Les raccordements aux réseaux de chaleurs renouvelables tant pour la production du chauffage que de l’eau chaude sanitaire sont de plus en plus plébiscités
– Le recours aux systèmes thermodynamiques progresse

L’étude de la qualité bio climatique des bâtiments (Bbio) met en évidence des marges de progrès possibles. Au-delà de cette analyse, ces réalisations illustrent d’ores-et-déjà les voies complémentaires permettant de s’engager vers l’Habitat Responsable de 2020 à un coût maîtrisé et abordable :
– Qualité environnementale de la construction via la réduction des émissions de CO2, choix des matériaux, consommation d’eau…
– Adaptabilité des espaces pour accompagner les parcours de vie
– Accompagnement des habitants dans le changement de leurs comportements…
– Sans oublier les enjeux de la qualité de l’air, de l’électricité spécifique ou encore des bâtiments producteurs d’énergie qui deviendront demain les acteurs du système énergétique.