Simplifier la qualification RGE pour répondre aux enjeux de l’éco-conditionnalité

logo-rge

A la veille de sa mise en place pour le CITE au 1er janvier 2015, la FFB est favorable au principe d’éco-conditionnalité des aides publiques, principe totalement novateur pour le secteur, qui permet de redonner confiance aux maîtres d’ouvrage particuliers en leur permettant d’identifier les entreprises compétentes pour réaliser leurs travaux (efficacité énergétique et/ou énergies renouvelables), d’éviter les contre-références et améliorer la qualité de la mise en œuvre en tenant compte des enjeux énergétiques et de sécuriser l’investissement public et éviter la création de pseudo-entreprises opportunistes.

Afin de permettre la juste et efficace application de ce principe, la Fédération demande une simplification du dispositif à travers :

  • un audit unique pour l’ensemble des qualifications RGE y-compris liées aux énergies renouvelables ;
  • l’ouverture rapide d’un chantier de simplification des qualifications liées aux énergies renouvelables, en particulier à travers la diminution du nombre de références exigées et la simplification du système de qualifications et de formations (validation des acquis de l’expérience qui permettrait d’éviter le caractère obligatoire des formations…).

Jacques Chanut, président de la FFB, indique : « depuis 2010, la FFB incite vivement les artisans et entrepreneurs à devenir RGE pour répondre aux enjeux de l’éco-conditionnalité. Nous ne pouvons que nous féliciter qu’aujourd’hui, près de 27 000 entreprises aient franchi le cap, avec un rythme actuel de 2 000 qualifiés RGE par mois. La Fédération a été et continue d’être un acteur majeur du dispositif RGE ! ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *