edf

Suite à la catastrophe de Fukushima,  EDF a pris certains engagements visant à sécuriser les sites sensibles de l’Hexagone en cas d’agressions externes (séismes, inondations). Une des mesures phares consiste à renforcer le niveau de sécurité des sites nucléaires, en s’équipant de matériels de grande fiabilité et suffisamment puissants, afin de permettre une intervention ultra rapide en cas d’incident. C’est dans ce contexte qu’est née la FARN, Force d’Action Rapide Nucléaire, avec pour mission d’intervenir sur site dans les premières 24 heures de l’accident.

Pour l’heure, la FARN est déployée sur 4 centrales, implantées à Civaux (86), Paluel (76), Dampierre (45) et Bugey (01). A ce jour, 300 personnes participent à ce programme, par la mise au point de mesures et de protocoles visant à parer efficacement à toute catastrophe nucléaire. Ainsi, en cas d’incident, la procédure veut que la FARN livre les matériels de secours par hélicoptère jusqu’aux abords du site sur un terrain de manœuvre situé à l’extérieur de la centrale et disposant d’une interface eau-électricité-air.

Dans ce contexte de prévention, SDMO® a fourni des motopompes thermiques et des groupes électrogènes d’ultime secours. Au total, 25 groupes électrogènes SDMO® de 125 kVA, équipés d’un moteur John Deere et d’un alternateur Leroy Somer, ont été spécifiquement conçus pour répondre aux exigences de ce type d’intervention à risque.

Ces groupes de haute performance, prévus pour fonctionner dans des conditions extrêmes (- 33° C et + 46° C), ont été soumis à des contrôles intensifs durant 200 heures en marche continue 24/24h. En outre, ces groupes disposent de pupitres de commande Telys II, garantissant une conduite intuitive pour une assistance renforcée. Parallèlement, un organe de protection et de raccordement AIPR monté sur châssis équipe ces groupes pour une plus grande fiabilité. Chaque groupe est recouvert d’un capot insonorisé constitué d’une structure modulaire en tôle d’acier avec peinture anticorrosion.