ACO MT ST MICHEL

Depuis quelques semaines, le pont-passerelle du Mont-Saint-Michel est désormais accessible aux piétons. Il s’inscrit dans le cadre des travaux engagés afin de restaurer le caractère maritime du Mont Saint-Michel et qui permettront à la « Merveille de l’Occident » de retrouver, dès 2015, son insularité perdue pour cause d’ensablement progressif.

ACO, spécialiste des solutions de drainage des eaux de pluie, a su imaginer une réponse technolo- gique fonctionnelle et esthétique à la hauteur des enjeux et défis qui lui étaient posés pour ce pont– passerelle de l’architecte Dietmar Feichtinger qui permet de relier l’îlot du Mont Saint-Michel au continent.

Des caniveaux ACO inédit pour un ouvrage unique 

Au bout d’une digue-route d’un kilomètre, prend naissance la «lame qui flotte sur l’eau». Ce pont-passerelle s’élance au des- sus du domaine maritime en une séduisante courbe de près de 800 mètres, jusqu’au gué, au pied des remparts du Mont. Le tablier, dont les circulations permettent à la fois la sécurité des marcheurs et des véhicules, est soutenu par 134 piliers filiformes et discrets à intervalle de 12 mètres. Le tablier en dalles de béton bitumineux, soutenu par une structure acier, d’une largeur de 11 mètres, est d’une très faible épaisseur pour se fondre dans la ligne d’horizon. Cet objectif esthétique a imposé à ACO de concevoir un caniveau et ses avaloirs de drainage des eaux de pluie d’une hauteur minimale inédite de 6 cm.

Mais l’épaisseur n’était pas le seul défi. Il fallait aussi résister à de lourdes charges roulantes, respecter une pente uniforme, suivre le cintre donné au tablier qui épouse dans sa course des rayons aux dimensions variables, résister à la salinité ambiante permanente et à une climatique régionale parfois extrême. Enfin, pour répondre à une exigence de sécurité environnementale en cas de déversement accidentel d’hydrocarbures sur la chaussée motorisée, les avaloirs peuvent être fermés pour empêcher tout risque de pollution de l’eau de mer. Ainsi est né ce caniveau de drainage inédit et ses avaloirs spécifiques grâce au travail pertinent du bureau d’études et de développement d’ACO.