Malerba, expert reconnu sur le marché des blocs-portes métalliques et bois pour les segments de l’habitat, du tertiaire, de l’hospitalier et de l’industrie, œuvre depuis sept ans afin de répondre aux évolutions de la réglementation et aux nouvelles contraintes liées à la norme EN 1634 relative à la résistance au feu des produits de construction. L’ensemble des produits signés Malerba a ainsi été repensé pour être en conformité avec les nouveaux classements européens.

Malerba profite des évolutions de la réglementation pour valider une multitude de solutions de mise en œuvre

En permanence à l’écoute des attentes des maîtres d’ouvrage et des gestionnaires de bâtiments, Malerba s’engage à concevoir des solutions adaptées à leurs besoins en développant des produits s’intégrant dans une multitude de configurations de mise en œuvre : pose à l’avancement, pose après-coup ou réhabilitation.

Tout en conservant son expertise traditionnelle, notamment au profit de la pose à l’avancement, Malerba a profité de ces nouvelles contraintes pour développer et valider une multiplicité de solutions de pose après-coup sur différents supports.

Les essais feu ont été validés (campagne d’essais conduite par le laboratoire Efectis France pour chaque solution) avec des domaines dimensionnels étendus, mais également avec de nombreux équipements et accessoires : ferme- porte encastrés, serrures à carte ou électrique, charnières invisibles… La qualité des réalisations et le déroulement des chantiers gagnent ainsi en fiabilité et en efficacité.

Focus sur la réglementation officielle des Blocs-Portes Techniques

Malerba fait partie de l’ATF BPT (Association Technique Française des Blocs-Portes Techniques), dont Bruno Malerba est le président. Créée il y a deux ans à l’initiative du groupe familial Malerba et d’autres industriels fabricants de blocs-portes, châssis vitrés, façades de gaines et trappes de visite, l’association a décidé de communiquer dans le cadre de ce nouveau classement Européen EI avec une circulaire dont voici un extrait :

«L’arrêté du 14 mars 2011, modifiant l’arrêté du 22 mars 2004 relatif à la résistance au feu des produits de construction, a prolongé la durée de validité des Procès Verbaux des portes et fermetures émis selon les indices de classement français CF et PF jusqu’au 1er avril 2014.

Conformément aux arrêtés sus-cités, la résistance au feu d’un produit de construction doit être justifiée par un Procès Verbal de classement émanant d’un laboratoire français agréé et en cours de validité au moment du dépôt du permis de construire ou de l’autorisation de travaux du bâtiment dans lequel le produit doit être installé. Par conséquent, toutes les portes et fermetures des constructions dont la demande de permis de construire ou d’autorisation de travaux sera déposée à partir du 1er avril 2014, devront disposer d’une performance de résistance au feu exprimée selon les indices de classement européens EI et E.

Néanmoins, les portes et fermetures résistant au feu avec un classement CF et PF pourront toujours être installées dans un bâtiment dont la demande de permis de construire ou d’autorisation de travaux aura été déposée avant le 1er avril 2014.

Conformément à l’article 18 de l’arrêté du 22 mars 2004 modifié, outre le PV de classement émis par un laboratoire français, la résistance au feu d’un bloc-porte ou d’une fermeture peut également être attestée par un certificat de conformité NF ou un avis de chantier.

A ce jour, aucun autre moyen de preuve des performances de résistance au feu des portes et fermetures n’est admis en France».