volets escamotables

Hunter Douglas a fait évoluer ses volets en accordéon en volets escamotables plans. Ils sont équipés de charnières tout comme les volets escamotables en accordéon, et s’activent à l’aide d’un moteur d’axe reliés aux battants des volets eux-mêmes permettant ainsi une ouverture et une fermeture électrique. D’après Job Hoevenaars « les volets peuvent s’harmoniser avec la couleur de la façade afin de s’intégrer le mieux possible dans celle-ci lorsque les volets sont en position fermée. C’est uniquement lorsque les volets s’ouvrent que les fenêtres deviennent alors visibles sur la façade ». Hunter Douglas a mis en pratique cette technique récemment développée, lors de l’installation de volets sur la façade incurvée du Lycée Fioretti de Lisse aux Pays-Bas.

La construction du Lycée Fioretti s’est achevée il y a quelques mois. L’architecte d’étude Aldo Vos, du cabinet d’architecture Broekbakema basé à Rotterdam, a opté pour les volets pliants horizontaux Hunter Douglas. Ces battants ne se ferment pas à plat mais ont un angle légèrement ouvert en position fermée. Les battants en aluminium avec revêtement par poudrage sont perforés à hauteur de 12% ce qui permet de réduire l’intensité de la lumière et les rayons de soleil direct. Le design du lycée est compact : trois étages accueillent les salles de cours qui surplombent une cour centrale. Cet agencement permet de récupérer un maximum de lumière extérieure. Le directeur de projet, Maurice Knook du cabinet d’architecture Broekbakema, explique qu’il était nécessaire d’installer des écrans solaires afin d’offrir aux étudiants un confort maximal pour lire sur les tableaux blancs. Le choix de ne pas installer de rideaux solaires intérieurs réside dans leur faible durabilité. Grâce aux volets Hunter Douglas, les architectes ont pu développer un système de contrôle de la lumière et une protection solaire directement sur la façade. Ces volets sont liés à la domotique du bâtiment mais peuvent être ouverts et fermés individuellement dans chaque salle à l’aide d’un bouton.

Les battants de 2 mètres de haut se plient vers l’extérieur simultanément sur des rails supérieurs et inférieurs. Leur mobilité est facilitée par des courroies installées sur le rail supérieur. Les volets mobiles sont composés de quatre à cinq battants de 900 mm de largeur et interconnectés par des charnières.

Le système de pliage a été utilisé pour les angles de façades arrondies avec des rails supérieurs et inférieurs incurvés, permettant ainsi aux battants d’épouser l’angle. « Dans le but d’obtenir une ouverture et une fermeture optimale, les volets escamotables sont mis en action par des moteurs d’axe directement montés sur les volets pour faire bouger les battants ensemble ou séparément. Techniquement, ce fut relativement difficile à concevoir. Initialement, nous avions développé ce système pour des volets escamotables plats mais maintenant nous pouvons l’appliquer sur des façades arrondies, comme sur celle du Lycée Fioretti » explique Job Hoevenaars.

Ce système ingénieux, protégeant l’intérieur de la chaleur et de la lumière, permet ainsi de dénommer le lycée, « l’école fraîche ». Son coefficient énergétique est très performant d’un indice à 0.7.

« Le lycée et la piscine adjacente partagent une pompe à chaleur géothermique. La chaleur générée dans le lycée est transportée jusqu’à la piscine qui elle, lui redonne l’eau utilisée pour rafraîchir le bâtiment » explique Monsieur Vos. Un total de 117 volets de 4 à 5 battants avec des nuances de bleu clair et de gris a été utilisé ; cela rend la façade très colorée. De plus les architectes ont décidé de planter du lierre à certains endroits du bâtiment pour apporter un peu de verdure à la façade du lycée.