Ecoquartier

À l’issue de quatre ans de travail sur les deux appels à projets et dans le cadre du Club national, le concept d’ÉcoQuartier a évolué et s’est enrichi en s’orientant vers une approche transversale des projets urbains durables. Cette transversalité, condition nécessaire au développement durable, concerne à la fois la démarche de projet, la gouvernance et les objectifs poursuivis dans les réalisations. Initiée en 2008, la démarche nationale ÉcoQuartier a vite connu un succès auprès des collectivités qui se sont investies massivement dans les deux appels à projets en 2009 et 2011. Aujourd’hui, la démarche est plus que jamais au cœur de l’actualité.

Troisième et ultime étape du processus de labellisation : le label national, décerné à des opérations abouties. Il vient démontrer que les ambitions et les objectifs initiaux ont bien été suivis et qu’ils donnent des résultats évaluables, diffusables à l’échelle nationale voire internationale. La commission nationale réunie le 31 mai 2013 a proposé à Cécile Duflot les premiers lauréats au label ÉcoQuartier. La valeur du label se fonde sur les résultats tangibles et doit permettre de lutter contre les idées préconçues comme «un ÉcoQuartier, c’est que pour les riches», «ça concerne uniquement les grandes villes », « c’est surtout pour le neuf » ou encore « un label, ça normalise les réponses » et « les palmarès ça ne veut rien dire, rien n’est construit »…

Les 13 opérations lauréates du label national
– Boulogne, Le Trapèze
– Forcalquier, ÉcoQuartier historique
– Grenoble, Zac de Bonne
– Hédé Bazouges, Les Courtils
– La Rivière, Projet de coeur de bourg de la Rivière – Mulhouse, Wolf Wagner
– Paris, Fréquel-Fontarabie
– La Chapelle sur Erdre, ZAC des Perrières
– Grenoble, Bouchayet Viallet
– Lille, Les Rives de la Haute Deule
– Lyon, La Duchère
– Saint-Pierre, Ravine Blanche
– Paris, Claude Bernard
L’étape 2 du processus de labellisation est le stade « Engagé dans la labellisation », qui met en évidence les projets dont l’approche intégrée de l’aménagement et la pertinence vis-à-vis du contexte méritent d’être soulignées, avant même que ces opérations ne soient finalisées :
– la pertinence des moyens mobilisés : un diagnostic de territoire, un comité de pilotage, une justification du programme issue d’une analyse de besoins locaux formalisée et partagée, une localisation pertinente dans l’agglomération selon l’accès aux services ;
– la performance et la faisabilité du projet : la qualité, la diversité, la mixité de l’offre de logement dans la maîtrise des coûts, la pérennité des équipements, l’animation par la présence ou l’accès aux services et commerce, la maîtrise des impacts environnementaux, le lien avec le territoire (tant urbain que naturel).
Cette reconnaissance nationale des projets intervient dès la phase de commercialisation pour être un signal stratégique en direction des investisseurs (professionnels ou particuliers) et un soutien aux professionnels qui se positionnent sur les marchés de la ville durable.

Les 32 projets reconnus comme « Engagées dans la labellisation »
– Bordeaux, Ginko/les berges du Lac
– Chevaigné, Zac de la Branchère
– Montpellier, Les Grisettes
– Montpellier, Parc Marianne
– Nancy-Laxou-Maxeville, Le plateau de Haye
– Nantes, Bottière-Chénaie
– Bretigny–sur-Orge, Clause Bois-Badeau
– Clisson, ÉcoQuartier du champ de foire
– Fraize, Pôle de l’écoconstruction des Vosges
– Longvic, Les rives du Bief
– Nîmes, Hoch-Sernam
– Poitiers, Les Montgorges
– Reims, Croix rouge pays de France
– Rennes, La Courrouze
– RisOrangis, Les docks de Ris
– Saint-Etienne, Manufacture-Plaine Achille
– Pessac, Quartier Arago
– Blagnac, Andromède
– Tours, Monconseil
– Angers, Plateau des Capucins
– Mons–en-Barœul, Nouveau Mons
– Balma, Vidaihlan
– BoisColombes, Zac Pompidou Le Mignon
– Bourges, ÉcoQuartier Baudens
– Brest, Plateaudes Capucins
– Fauxlamontagne, Four à Pain
– Rocquebrune, CapAzur
– Roubaix-Tourcoing-Watrelos, Quartier de l’Union
– SaintChamond, ÉcoQuartier ZAC des Aciéries
– SaintOuen, ÉcoQuartier des Docks
– Strasbourg, Quartier Danube
– Cannes, Cannes-Maria

Parmi les 186 projets retenus suite aux appels à projets de 2009 et 2011, sept projets ont fait l’unanimité sur les ambitions affichées par la maîtrise d’ouvrage et sur la démarche initiée (notamment sur la programmation urbaine, les orientations données et les premiers objectifs fixés par la collectivité à l’aménageur). En revanche, leur niveau d’avancement (chantier non engagé, aménageur juste choisi) ne leur permet pas de prétendre à l’obtention du diplôme « Engagé dans la labellisation ». Ces projets ont d’ores et déjà souscrits à la charte des ÉcoQuartiers. La commission a salué ces opérations et proposent de les réexaminer en 2014 au regard de leur avancement. Elles représentent en tout cas des projets d’avenir à suivre :
– Bellerive sur Allier, Les Coteaux du Briandet
– Rouen, Luciline rives de Seine
– Séné, Cœur de Poulfanc
– Vieux Charmont, Eqipm – EQ Innovant Pays de Montbeliard – Clichy, Bac d’Asnières
– Saintes, Site Saint-Louis – Trilport, Ancre de Lune