Nouveau coup d’arrêt pour l’activité de l’artisanat du bâtiment : elle recule de 2% en volume au 3e trimestre 2014, entérinant une baisse continue depuis deux ans et demi, soit 10 trimestres consécutifs. Au final, l’année 2014 enregistrerait néanmoins une baisse mais moins brutale qu’en 2013 (3%), avec un recul estimé entre – 1,5% et – 2%.

Dans un contexte où le nombre de logements mis en chantier aura atteint son niveau le plus bas depuis 15 ans (303 000 logements fin août 2014) et où les carnets de commande sont en baisse, les entreprises artisanales attendent impatiemment la mise en œuvre des mesures de relances annoncées par le Gouvernement dont les effets ne devraient être effectifs que dans plusieurs mois.

-2% au 3e trimestre 2014 : tous les indicateurs sont au rouge

Au 3e trimestre 2014, l‘activité des artisans du bâtiment recule de 2%. Elle est tirée vers le bas par la contraction du neuf, qui affiche -4% en volume par rapport au même trimestre de l’année précédente, déjà en recul de – 6%. L’activité entretien rénovation enregistre pour sa part une moindre baisse de -0,5%,après une croissance nulle au trimestre précédent. Fait nouveau, même le volume des travaux d’Amélioration de la Performance Energétique des Logements est impacté avec un recul – 0,5%, après plus de quatre ans de progression ininterrompue. A noter que les entreprises de moins de 10 salariés sont les plus impactées par la baisse d’activité (-2%, contre -1,5 % pour les entreprises de 10 à 20 salariés).

chiffre1

Ces mauvais résultats préfigurent une année 2014 dans le rouge : les prévisions annoncent un volume d’activité global en recul entre -1,5 à -2%, avec -3% à – 4% pour le neuf et entre -0,5 et 0 % pour l’entretien-rénovation.

Entretien-rénovation, neuf et même travaux d’amélioration à la performance énergétique des logements (APEL)… tous les secteurs sont touchés

chiffre3

Le neuf en berne – A la fin août 2014, on totalise seulement 303 000 logements neufs commencés (en cumul sur 12 mois), soit une baisse de -11,6% sur un an. Les mises en chantier de logements individuels demeurent particulièrement touchées, avec une baisse de – 18,3% et s’établissent à 96 602 sur 12 mois cumulés. En revanche, le nombre de permis de construire est en augmentation sur les trois derniers mois écoulés, même s’il continue de reculer sur 12 mois cumulés (-13,9%).

L’entretien-rénovation fragilisé – L’activité en entretien-rénovation enregistre une légère baisse de 0,5% après une croissance nulle au trimestre précédent. Ce secteur est fragilisé par la baisse du volume de travaux de performance énergétique (-0,5%). A noter que le montant global des crédits octroyés aux ménages recule de nouveau de -1,4%, après trois trimestres de hausse.

Rénovation énergétique, entre prudence et attentisme – Les annonces successives de relance pour le secteur du logement existant (renforcement du Crédit d’Impôt Transition Energétique-ex.CIDD, redynamisation de l’Eco-PTZ,…) auront pu, paradoxalement, engendrer une certaine frilosité des ménages à engager des travaux dans l’attente de la mise en place des mesures annoncées. Un attentisme qui se traduit par une baisse de -0,5% du volume des travaux d’amélioration à la performance énergétique.

 

chiffre 2

Patrick Liébus Président de la CAPEB : « Les trimestres passent et se ressemblent… l’activité est en chute depuis maintenant deux ans et demi ! Au début, la crise était brutale, elle est maintenant lancinante. Plus que jamais les artisans attendent la mise en œuvre du plan de relance du Gouvernement ! »

Trésorerie, carnets de commande, commandes publiques… panorama d’une activité en berne
  • Une nouvelle détérioration des carnets de commandes : l’état des carnets de commandes des entreprises artisanales reste préoccupant, avec 71 jours de travail en moyenne au 3etrimestre (contre 78 jours un an plus tôt). La construction neuve est plus particulièrement affectée par cette dégradation, puisque 30% des entreprises artisanales déclarent une baisse de leurs carnets de commandes, contre seulement 9% qui déclarent une hausse.

 

  • Des besoins de trésorerie qui demeurent :le 4e trimestre 2014 enregistre une nouvelle dégradation de la trésorerie. 32% des professionnels font ainsi état d’une détérioration de leur trésorerie, contre seulement 6% qui déclarent une amélioration. En octobre 2014, le montant moyen des besoins de trésorerie de ces entreprises est de 17 000 €.  La hausse du délai de paiement des clients (pour 6% des entreprises) et des défauts de paiement (pour 8% des entreprises) constituent les principaux facteurs de cette dégradation.

 

  • L’ensemble des corps de métiers en recul : au 3etrimestre 2014, tous les corps d’état subissent un repli d’activité compris entre –1,5% et –3% en volume. Les métiers de maçonnerie, couverture-plomberie-chauffage et électricité restent les plus concernés par la diminution des mises en chantiers alors que la baisse d’activité est de moindre ampleur pour les entreprises intervenant sur les travaux de finition.

 

  • Toutes les régions impactées :Au 3e trimestre 2014, l’activité enregistre un nouveau recul dans l’ensemble des régions, excepté dans l’Ouest. De la même manière, le renouvellement des carnets de commandes est maussade sur l’ensemble de l’hexagone, et plus particulièrement en régions Est et Sud-Est.

 

  • Budget des collectivités territoriales en baisse : suite aux élections, le gel des dotations de l’Etat laisse leur empreinte sur les budgets des collectivités territoriales. Conséquence directe : la baisse continuedu nombre d’entreprises déclarant travailler pour les collectivités locales (24 % contre 36 % au même trimestre de l’année précédente).

 

 Prévisions pour l’année 2014 :Prévisions de l’activité dans l’ARTISANAT du bâtiment en 2014 :

  • [– 1,5 % ; – 2%] en volume
  • [- 3 % ; -4 %] dans le neuf
  • [-0,5% ;0% ] dans l’entretien-rénovation
  • [+ 1,5 ; + 2 %] travaux d’APEL (Amélioration de la Performance Energétique du Logement).

Emploi dans l’ARTISANAT du bâtiment :

  • Estimation de perte de 3000 à 4 000 emplois pour l’artisanat du bâtiment (8 000 emplois menacés dans le bâtiment).
  • Pour rappel : – 10 000 emplois en 2012 et 15 000 emplois en 2013

 

Prévisions pour l’année 2015 :

Prévisions de l’activité dans l’ARTISANAT du bâtiment en 2015 :

  • [– 0,5 % ; + 0 %] en volume
  • [- 1 % ; – 2 %] dans le neuf
  • [+ 0,5 % ; + 1 %] dans l’entretien-rénovation
1 Source : CAPEB – I+C, taux de croissance par rapport au même trimestre de l’année précédente