Conjoncture : l’artisanat du bâtiment subit encore une forte baisse d’activité

Selon la Capeb, l’activité de l’artisanat du Bâtiment marque un recul de –3% au 4e trimestre 2014 par rapport au même trimestre de l’année précédente. 2014 se solde par -2% de perte globale d’activité en volume. La crise est donc encore présente, même si le recul est moins important qu’en 2013 (-3%).

Une baisse continue depuis trois ans : -2% sur l’année 2014, -3% pour le dernier trimestre

Avec trois ans de baisse consécutive, l’artisanat du Bâtiment ne montre toujours pas de signes de reprise. Les investissements dans la construction neuve et les dépenses de travaux en entretien-rénovation des ménages sont globalement restés enrayés en 2014. La tendance s’est aggravée en fin d’année puisque l’’artisanat du bâtiment enregistre un repli plus fort qu’attendu au 4e trimestre avec – 3%, qui représente la plus forte baisse de l’activité de l’année.

Selon les prévisions de la CAPEB, l’artisanat devrait connaitre en 2015 un recul moins important qu’en 2014, qui se situerait aux alentours de – 1% (contre – 2% en 2014). Néanmoins, l’année serait marquée par une activité contrastée. Tout d’abord, cette tendance encore baissière en 2015 se traduirait par un recul de la construction neuve de – 4% à – 3% et par une reprise comprise entre 0,5% et 1,5% en entretien-amélioration.

De plus, il est attendu un premier semestre en recul à l’image de la fin de l’année 2014 tandis que le second semestre devrait être plus dynamique. Ce dernier pourrait bénéficier des plans de relance des logements initiés en 2014 : faciliter la libéralisation du foncier, favoriser l’accession à la propriété, simplifier et réduire les normes dans la construction et des aides prévues tout particulièrement dans le cadre de la transition énergétique (le nouveau crédit d’impôts CITE, relance de l’Eco-PTZ ou encore le programme Habiter Mieux).

Le contexte économique global aura également un impact fort sur l’activité du secteur et dans ce domaine, plusieurs signaux positifs sont observés : la baisse de l’euro et du cours du pétrole, les taux d’intérêt bas et des perspectives économiques internationales meilleures.

Patrick Liébus, Président de la CAPEB, déclare : « La profession a fait de gros efforts pour se former et se préparer à l’éco-conditionnalité notamment. Maintenant, il nous manque les chantiers pour mettre en œuvre ce nouveau savoir-faire et apporter toute notre valeur ajoutée. Nous espérons beaucoup des plans du Gouvernement pour impulser une relance que nous attendons depuis trois ans. »   

chiffres-clés

Évolution

Évolution du volume d’activité

La construction neuve et les mises en chantier en berne, le gros œuvre directement impacté

La dégradation s’accentue dans la construction neuve comme dans l’entretien-rénovation. En effet, le neuf enregistre un net recul de 6,5% (-4,5% sur l’année) tandis que l’entretien-rénovation se contracte de -1% ce trimestre (-0,5% sur l’année). Le volume des travaux d’Amélioration de la Performance Energétique des Logements affiche une croissance nulle et ne joue plus son rôle de vecteur de croissance sur le dernier trimestre (+0,5% sur l’année).

De plus, le nombre de mises en chantier sur un an cumulé n’atteint pas le seuil des 300 000 logements à fin novembre 2014, ce qui correspond à un recul de 11,4% sur un an. La situation ne s’arrangera probablement pas en début d’année prochaine puisque le nombre de permis déposés affiche une baisse de 11,9%, ce qui représente 381 701 unités sur douze mois cumulés (entre décembre 2013 et novembre 2014 comparé à la même période un an plus tôt).

Conséquence directe de cette baisse d’activité, si tous les métiers ont souffert de la morosité économique, les métiers du gros œuvre ont été particulièrement impactés par la faiblesse des mises chantiers. En première ligne, les maçons sont de nouveau les plus impactés ce trimestre avec une baisse de -4%.

Patrick Liébus, Président de la CAPEB, commente : « La construction neuve n’a pas bénéficié du dispositif d’investissement locatif Duflot dans les proportions espérées et a subi une forte baisse cette année (-4,5%). Avec des mises en chantier pour même pas 300 000 logements, l’objectif de 500 000 constructions de logements par an s’éloigne malheureusement plus encore que l’année dernière… »  

12 000 emplois perdus en 2014, soit plus de 30 par jour !

Les indicateurs de la santé des entreprises sont tous au rouge. Les carnets de commandes se sont raccourcis de 7 jours et représentent 67 jours de travail et les besoins de trésorerie repartent à la hausse puisque 45 % des entreprises déclarent un besoin de trésorerie (contre 40 % un an auparavant) en moyenne égal à 20 000 €.

Fin 2014, le nombre d’entreprises artisanales du Bâtiment envisageant d’embaucher au premier semestre 2015 n’est que de 4 % (contre 6 % au même semestre de l’année précédente), alors que dans le même temps le nombre d’entreprises envisageant de procéder à des licenciements ou des non-renouvellements de contrats atteint 8 % (contre 6 % au même semestre de l’année précédente). Dans l’artisanat du Bâtiment, la chute d’activité en 2014 entraînerait la destruction de 12 000 emplois.

Patrick Liébus, Président de la CAPEB, commente : « Cette année encore, l’emploi a été la première victime de la conjoncture difficile que nous subissons. La CAPEB se bat pour que les entreprises aient moins de difficultés à conserver leurs salariés ou à en embaucher de nouveaux. Les nouvelles négociations concernant le compte pénibilité et la lutte contre la concurrence déloyale des emplois low cost s’inscrivent dans cet engagement, c’est pour cette raison que nous ne lâcherons rien sur ces deux sujets. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *