eclairage nuitL’éclairage public est pour une écrasante majorité de Français (90%) un élément central contribuant à leur sécurité. Une enquête Harris Interactive pour SPIE révèle pourtant que 1 Français sur 5 estime que sa rue n’est pas assez éclairée.
Lorsque les Français sont interrogés sur l’éclairage public de l’ensemble de leur commune, plus d’un quart (26%) déclarent ne pas en être satisfaits. Ce sentiment d’insatisfaction est plus élevé chez les habitants des villes de 50 000 à 100 000 habitants (35%), chez les personnes habitant un appartement HLM (35%), et au sein des catégories populaires (30%). Seul 1 Français sur 10 (11%) fait part d’une très forte satisfaction de l’éclairage public de sa commune.
Consommations et dépenses excessives : principales nuisances de l’éclairage public
Première nuisance pour 45% des Français, la consommation d’énergie jugée trop importante (45%). Viennent ensuite les dépenses publiques perçues comme excessives dans ce domaine (34%) alors même qu’une très grande majorité (83%) sous-estime la part réelle du pourcentage de l’éclairage public dans les dépenses d’électricité des communes.
3 attentes majeures : développement durable, baisse des dépenses publiques et performance des équipements
Plus globalement, l’enquête révèle que pour 44% des Français, la question du développement durable n’est pas assez intégrée dans les décisions de leur équipe municipale. A l’avenir, plus d’un Français sur deux (54%) souhaite ainsi voir le développement durable davantage ainsi pris en compte. Les habitants des plus grandes villes françaises étant plus susceptibles d’exprimer ce souhait que les habitants des communes rurales (61% contre 49%). Conscients et extrêmement sensibles aux enjeux des finances publiques, près des trois-quarts des Français (73%) sont convaincus de la possibilité de concilier la prise en compte de l’environnement et la baisse des dépenses publiques. Pour l’éclairage public, l’amélioration de l’efficacité énergétique des luminaires constitue la solution privilégiée par toutes les catégories de répondants.
« On aurait pu penser que la nécessité de baisse des dépenses publiques entame sérieusement les exigences des Français en termes de développement durable, notamment dans leur environnement proche », commente Daniel Boscari, Animateur du Club Collectivités et Directeur du développement Collectivités territoriales de SPIE. « Au contraire, les exigences sont toujours bien présentes. Les Français estimant même qu’elles sont largement conciliables avec les politiques de contrôle des dépenses et l’installation d’équipements performants. Il semble que les actions de sensibilisation visant la baisse de la consommation énergétique des logements privés par l’installation d’équipements plus performants portent aussi leurs fruits dans les attentes de nos concitoyens dans le domaine public. »