agence.jpg

Le conseil d’administration de l’Anah, présidé pour la dernière fois par Dominique Braye a voté à l’unanimité deux évolutions importantes permettant d’améliorer l’efficacité de l’intervention de l’Agence d’une part, en faveur de la requalification des quartiers anciens, et d’autre part, de l’adaptation des logements des seniors les plus modestes.

Une intervention en faveur de résorption de l’habitat insalubre assouplie pour mieux répondre à la diversité des situations territoriales

Depuis 2010, l’Anah accompagne les collectivités territoriales dans la réalisation d’opérations d’éradication de l’habitat insalubre irrémédiable ou dangereux concentré, ou de traitement d’un parc immobilier dégradé, mises en œuvre par acquisitions publiques.

Cette intervention est un des leviers de la requalification des quartiers anciens à travers la démolition ou la réhabilitation lourde des immeubles concernés. Elle participe à la lutte contre l’habitat indigne et vise à ce titre le relogement des occupants et la production d’une offre de logement dans un objectif de mixité sociale.

Le Conseil d’administration de l’Anah a notamment décidé d’ouvrir la possibilité de financer des immeubles durablement vacants1. Cette mesure permettra de favoriser la reconquête des centres anciens qui se dépeuplent et de limiter l’étalement urbain. Il sera par ailleurs désormais possible pour les collectivités de proposer une reconstitution des logements à proximité du foncier libéré2. L’Anah sera un des acteurs majeurs de la mise en œuvre du programme de revitalisation des centre- bourgs annoncé par le Premier ministre, sur proposition conjointe de Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, et de Marylise Lebranchu, ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique.

La possibilité de bénéficier d’avances sur subvention élargie aux personnes âgées et/ou handicapées

Pour mieux aider les propriétaires occupants, bénéficiaires de ces subventions, à payer l’acompte de 30% demandé par l’entreprise au commencement des travaux, et faciliter ainsi la décision des ménages les plus modestes à s’engager dans l’amélioration de leur logement, le conseil d’administration de l’Anah a décidé d’étendre la possibilité de faire des avances aux travaux d’adaptation du logement à la perte d’autonomie qui en étaient jusqu’à présent exclus.

Ce dispositif s’appliquera du 1er juin 2014 au 31 décembre 2015 et concernera 70% de l’aide délivrée par l’Anah. Pour Dominique Braye, « cette décision est en cohérence avec le souhait du gouvernement de faire du logement un levier majeur des politiques d’autonomie et du mieux vieillir en soutenant notamment l’effort d’adaptation des logements privés ». C’est l’un des objectifs du projet de loi pour l’adaptation de la société au vieillissement porté par Marisol Touraine, Ministre des affaires sociales et de la santé et Michèle Delaunay, Ministre déléguée aux personnes âgées et à l’autonomie.

Dominique Braye a présidé son dernier Conseil d’Administration

Président du Conseil d’administration de l’Anah depuis près de quatre ans, Dominique Braye, a salué le travail de l’Agence en insistant particulièrement sur les atouts de la réforme des aides engagée par l’Anah en 2011. Pour Dominique Braye, « en substituant une approche qualitative à l’ancienne logique de « guichet », nous avons renforcé la légitimité de l’Anah et la pertinence de son intervention. Cette nouvelle approche s’est prioritairement incarnée dans le programme Habiter Mieux qui a opéré un véritable changement de pratiques au plan local mais aussi au niveau de l’Anah ». Il s’est également félicité que « le rôle de l’Anah comme opérateur du redressement des copropriétés en difficulté et son savoir-faire, soient aujourd’hui pleinement reconnus ». Le nouveau président du conseil d’administration de l’Anah sera officiellement nommé dans les prochains jours.