Stade de Bordeaux

Imaginé par le cabinet Herzog & de Meuron, l’architecture du Nouveau Stade de Bordeaux est à la fois monumentale et délicate. Composée d’une pluie de colonnes rappelant la célèbre forêt de pins des Landes, l’enceinte s’intègre parfaitement aux paysages environnants. Construit sur un terrain anciennement marécageux, niché entre le Vélodrome et l’avenue de la Jallère, au Nord de l’agglomération bordelaise, il est destiné à accueillir une programmation riche et diversifiée : sportive, culturelle et d’affaire. À ce titre, il sera la plus grande scène de l’Atlantique.

Le bol, d’une capacité maximale d’environ 42 000 personnes, s’organise autour de l’aire de jeu selon une géométrie qui garantit une visibilité optimale à tous les spectateurs. Il est soutenu par une mince forêt de poteaux entourant sa périphérie.

La coursive, élément de transition entre le terrain et l’environnement extérieur. Lieu d’échange et de convivialité, cet espace qui abrite buvettes et services, est ouvert à la fois à l’intérieur sur la pelouse, et à l’extérieur sur le paysage environnant.

La charpente métallique supporte et clôt l’ensemble. Elle protège les spectateurs du soleil et des intempéries. Elle se compose d’une structure métallique recouverte d’isolants acoustiques ISOVER qui permettent de bénéficier d’une qualité de son idéale, quelle que soit la nature de l’événement. 

Problématique acoustique 

La diversité de la programmation du stade impliquait un traitement bien spécifique de l’acoustique afin de répondre simultanément à quatre problématiques :

  • Minimiser la propagation du bruit vers l’extérieur afin de réduire les nuisances sonores, en conformité avec la Réglementation des bruits de voisinage (décret n°-2006-1099 du 31 aout 2006), le cahier des charges fixait un indice d’affaiblissement minimum de Rw+Ctr = 25 dB.
  • Réduire la réflexion des ondes sonores et atténuer les perturbations acoustiques afin de permettre aux sonorisateurs de bien maîtriser le son lors de manifestations amplifiées.
  • Affaiblir le bruit d’ambiance sur l’ensemble des manifestations pour pouvoir optimiser la diffusion des sonorisations de confort et de sécurité, en conformité avec la norme Systèmes électroacoustiques pour services de secours (NF EN 60849). Le cahier des charges fixait un indice d’absorption acoustique de αw=0,8.
  • Atténuer les bruits d’intempéries afin de maîtriser le niveau sonore intérieur. 

Contraintes techniques 

L’isolation sur charpente métallique comporte un certain nombre de contraintes à respecter. Outre la nécessité de répondre à un cahier des charges acoustique complexe, les solutions doivent également répondre à des problématiques de tenue mécanique dans le temps, d’étanchéité, et éviter les risques de condensation.

Dans le cas du Nouveau Stade de Bordeaux, les éléments de couverture (bac acier notamment) sont préfabriqués en atelier, prémontés au sol puis « levés » par une grue unique en France, qui possède une capacité de levage de 600 tonnes. Ces éléments sont posés directement au contact des hauts rangs de gradins et soutenus par des poteaux «tirants» situés à l’extérieur de l’enceinte.

La pose des isolants acoustiques s’effectue ensuite à 41 mètres de haut.

Afin de sélectionner la meilleure option d’isolation, le Groupement des constructeurs du Nouveau Stade de Bordeaux a fait réaliser des essais acoustiques au CSTB sur deux solutions : le système Fivvacoustic d’ISOVER et une solution plus traditionnelle. Les résultats de cette étude comparative les ont poussés à choisir la solution ISOVER.

La solution Fivvacoustic d’ISOVER 

Le système Fivvacoustic d’ISOVER répond parfaitement à l’ensemble de ces problématiques. C’est une solution tout-en-un, qui associe les avantages de la laine de verre à ceux de la laine de roche.

Il combine : 

  • L’isolant Parvacoustic, feutre de laine de verre avec un pare-vapeur aluminium intégré. D’une épaisseur de 30 mm, il possède d’excellentes performances acoustiques et permet de traiter les réverbérations en sous-face de la toiture. Sa souplesse lui permet d’épouser parfaitement la forme de la tôle d’acier nervurée, au contact de laquelle il se pose. Sa mise en œuvre est facilitée par une languette de recouvrement latéral qui assure la continuité du pare-vapeur.
  •  L’isolant Panotoit Fibac 2 VV en 40 mm. Support d’étanchéité, ce panneau rigide en laine de roche est revêtu d’un voile de verre, ce qui lui confère une très haute résistance mécanique. Il se fixe directement sur la tôle d’acier nervurée.
  •  Un revêtement d’étanchéité PVC complète le système.

isover

Les avantages du système Fivvacoustic :

Seul système sur le marché de la toiture étanchée sous Avis Technique, dont l’AT valide les performances acoustiques
Un pare-vapeur intégré à l’isolation acoustique
Une isolation en 2 couches avec un très bon niveau d’isolation et d’absorption

acoustique (αw = 0,9 et Rw+Ctr = 27 dB)
L’alternative sur le marché aujourd’hui est soit un système en 4 couches (3 couches d’isolants, dont 1 feutre en creux d’onde, et un pare-vapeur) soit un voile de verre de 3 mm (contre 30 mm pour le système Fivvacoustic) associée au panneau isolant, solution offrant une moins bonne performance acoustique

  • Gain de temps grâce à une solution en 2 couches seulement
  • Facilitation de mise en œuvre grâce aux languettes de recouvrement, qui assurent la continuité du pare-vapeur alu
  • Voile noir en option pour améliorer l’esthétique
  • Excellente tenue mécanique

Afin de compléter cette isolation, 2000 m2 de Soniroll, rouleau de laine de verre, ont été mis en œuvre en retombée de couverture, sur du bardage double- peau perforé, afin d’atteindre une isolation acoustique de Rw+Ctr = 25dB et un affaiblissement acoustique de αw =0,5 .