pont tivoli sete

Emblématique à Sète, le pont Tivoli a été réalisé en 1875. Lors d’une première reconstruction en 1930, il prend la configuration qu’on lui connaît aujourd’hui, celle d’un pont mobile basculant de type SCHERZER, avec une passe navigable de 43,80 m. Détruit par les troupes d’Occupation lors de la Seconde Guerre mondiale, il est reconstruit à l’identique en 1952.

Depuis 60 ans, l’ouvrage a subi plusieurs améliorations (trottoirs, platelages bois remplacés par des panneaux métalliques, quelques remises en peinture partielles dont la dernière date de 1979). En 2008, la Région a entrepris les premières consolidations du pont, en renforçant sa culée Sud-Est, qui accueille aujourd’hui une douzaine d’unités de plaisance.

Les dernières inspections menées ont révélé que l’ouvrage porte d’importantes concentrations de corrosion qui occasionnent des dégradations. Celles-ci doivent être réparées et une nouvelle protection anticorrosion doit être appliquée.

En accord avec la Ville de Sète, gestionnaire de la voirie portée, la Région a donc décidé de lancer la réhabilitation du pont Tivoli dès cette fin 2013, afin que les travaux nécessaires soient achevés à l’été 2014. Cet accord technique a été conforté par un accord financier en septembre dernier, la Ville finançant à parité de la Région cette opération d’un coût total de 2,5 M€.

Le chantier vient d’être attribué au groupement d’entreprises Baudin Châteauneuf, SPIL et Artcad, qui devra intervenir en faisant concilier travaux et nombreuses contraintes qui s’y attachent, à savoir le maintien du trafic maritime, celui de la liaison piétonne ainsi que le respect de l’environnement et de l’architecture du pont.

Pour répondre à ces impératifs, le groupement d’entreprises a proposé de déposer (en trois colis) la volée du pont afin de le traiter à terre. Les réparations seront réalisées à l’aide de rivets, comme cela avait été fait lors de la construction du pont.

La solution du traitement à quai était incontournable car il est en effet impossible d’organiser la réhabilitation de l’ouvrage en position routière sans condamner les ouvertures du pont et donc la navigation dans le chenal. Dans tous les cas, l’arrêt de la circulation sur le pont, elle, s’imposait. Une passerelle flottante permettra cependant d’assurer une continuité piétonne du lundi au vendredi de 7h30 à 19h30 : la passerelle pourra en effet pivoter pour libérer le chenal aux horaires d’ouvertures des ponts mobiles.

Au cours de la préparation de la découpe de la volée, prévue dès le 2 décembre prochain, jusqu’à sa repose programmée le 6 juin 2014, la circulation routière sera donc impossible sur le pont Tivoli. Durant les six mois de cette phase de travaux, une déviation sera mise en place par les ponts de la gare et de la Victoire.

Cette opération de réhabilitation sera l’occasion de mettre en valeur le pont Tivoli par un éclairage de ses poutrelles et un traitement paysager des abords.