Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET et Benoist APPARU ont présenté le bilan de l’année 2011 en matière de logement social. En 2011, 124 028 logements sociaux ont été financés. La ministre indique que les aides vers les territoires où la demande est la plus importante a été maintenue. La priorité au financement de logements pour les ménages les plus modestes a été donnée. Par ailleurs, l’accent a été mis sur la transition énergétique du parc. En effet, l’enjeu de la performance énergétique du parc social est au c¦ur de la politique du Gouvernement. En 2011, 64% des logements sociaux financés seront BBC (Bâtiment Basse Consommation) contre 34% en 2010. Cette transition énergétique permettra un gain de pouvoir d’achat pour les futurs locataires grâce aux économies de charges. En outre, depuis octobre 2011, les logements sociaux financés dans le cadre des opérations de rénovation urbaine doivent respecter la nouvelle réglementation thermique. Cette préoccupation du Gouvernement est également appliquée au parc ancien de logements sociaux. Ainsi, depuis 2009, 100 000 logements sociaux énergivores ont été rénovés grâce à l’éco-prêt logement social, entraînant une diminution de 55 % de leur consommation énergétique. La moitié des économies de charges qui en résultent sont acquises aux locataires. Pour atteindre l’objectif fixé par le Grenelle de l’environnement de rénover 70 000 logements par an d’ici 2020, l’éco-prêt logement social vient d’être reconduit au-delà de 2011, sans contingentement aux logements de classes énergétiques E, F et G, et dans la limite de 14 000 logements par an pour la classe D. Outre l’éco-prêt, la rénovation thermique des logements sociaux est également soutenue par le dégrèvement de la taxe foncière sur les propriétés bâties ainsi que le FEDER.

Voir cette actualité dans bati-journal.com