La Fondation du Patrimoine et la société Celize remettent pour la première fois le Grand Prix de l’Habillage Urbain, décerné à la ville de Bordeaux pour la restauration de ses colonnes rostrales. 

Photo : P. Della-Libera - Mairie de Bordeaux

Photo : P. Della-Libera – Mairie de Bordeaux

Les colonnes rostrales sont situées sur l’Esplanade des Quinconces à Bordeaux, la plus grande place d’Europe. Bordée d’arbres, cette dernière occupe un vaste emplacement de 12 hectares en bordure de la Garonne. Elle est décorée, à l’est par deux colonnes rostrales et, à l’ouest, par le Monument aux Girondins. Des allées s’étendent de chaque côté en léger contrebas.

De style néoclassique, les colonnes rostrales sont édifiées par Pierre Alexandre Poitevin en 1828. Hautes de vingt-et-un mètres, chacune a été ornée au tiers inférieur, par l’ornemaniste d’origine italienne N. Bonino, de quatre proues de galères prolongées de rostres formés de deux faisceaux de trois glaives. Au-dessus, en simple relief, figurent les symboles de la Marine et du Commerce.

Les colonnes rostrales font partie intégrante du décor de la place des Quinconces qui accueille tout au long de l’année de nombreuses manifestations (Fête du fleuve, Fête du vin, Foire à la brocante, Foire aux plaisirs, concerts, cirques, animations sportives. De nombreux navires de croisière font escale à Bordeaux, Port de la lune et viennent s’amarrer sur les quais, face à la place, aux abords des colonnes.

Photo : P. Della-Libera - Mairie de Bordeaux

Photo : P. Della-Libera – Mairie de Bordeaux

Les colonnes sont aujourd’hui fortement dégradées, notamment par la pollution et la végétation. La ville de Bordeaux prévoit dès mars 2014 d’engager des travaux de restauration pour redonner au monument son visage d’antan. Dans ce cadre, les colonnes rostrales seront valorisées par la mise en place d’une bâche reprenant le dessin de l’édifice, et par une mise en lumière. Il est envisagé de restituer les fanaux lumineux avec réflecteurs et sources électriques plus fonctionnelles que le gaz. L’éclairage monumental sera revu également.

Le Grand Prix de l’Habillage Urbain s’adresse aux porteurs de projets (communes, associations ou personnes privées) souhaitant restaurer un édifice situé dans une ville de plus de 50 000 habitants. Il peut s’agir d’un édifice public ou privé, non protégé, inscrit ou classé au titre des Monuments historiques, non religieux, et visible de la voie publique. Les travaux doivent porter sur l’extérieur de l’édifice. Le porteur de projet s’est engagé à installer un échafaudage ou support équivalent, qui pourra accueillir la bâche offerte dans le cadre de ce Grand Prix de l’Habillage Urbain. Le lauréat se voit offrir une bâche d’une valeur de 15 000 euros, reprenant le dessin du bâtiment à restaurer, et un montant de 5 000 euros afin de l’encourager le lauréat dans la conduite de ses travaux. Ceux-ci devront être réalisés l’année qui suit la remise du prix.