Une étude réalisée par le Cabinet Sinteo, rendue publique à l’occasion du dernier Salon de l’Immobilier d’entreprises début décembre, établit qu’à une très forte majorité (plus de 69 %), les professionnels de l’immobilier signataires de la Charte privilégient l’énergie finale comme énergie de référence. Ils rejettent en dernier choix (38,5 %) l’énergie primaire pour comptabiliser la réduction des consommations d’énergie.

Le SERCE se félicite que cette étude, et les professionnels qui y ont participé, rejoignent sa position sur le choix de l’énergie finale comme critère pertinent pour permettre aux usagers et gestionnaires immobiliers de veiller à la maîtrise des consommations à travers une évaluation fiable et vérifiable des résultats obtenus.

L’opinion des professionnels signataires de la Charte exprimée dans cette enquête appuie les propositions du rapport de Maurice Gauchot remis en 2011 et préparé en concertation avec l’ensemble des acteurs de la rénovation énergétique des bâtiments tertiaires.

Le SERCE est dès lors favorable à la signature de la Charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés par ses entreprises adhérentes, en la renforçant des recommandations du rapport Gauchot, à même d’en accentuer les effets :

  •  un objectif chiffré d’amélioration de la performance énergétique d’au moins 25% pour tous les actifs tertiaires ;
  •  et bien sûr des objectifs basés sur la mesure de la consommation tous usages en énergie finale, c’est-à-dire à partir de la quantité d’énergie apparaissant sur les factures des fournisseurs d’énergie.

 

SERCElogo4