Les chefs d’etat de l’ue négocieront un accord politique sur les objectifs climatiques et énergétiques de l’union pour les 17 prochaines années. face au rôle négatif de la france (en particulier de l’elysée) dans cette négociation, le rac et 22 ong européennes se tournent vers la chancelière angela merkel, dans une lettre ouverte à lire ci-dessous, pour lui demander de relever le niveau d’ambition de l’union européenne.

Logos_Lettre_Merkel-2

L’Allemagne a déjà entamé sa transition. Les énergies renouvelables se développent à un rythme extrêmement rapide dans le pays, qui produit déjà 23% de son électricité à partir de ces sources d’énergie. L’Allemagne a tout à gagner à ce que l’Europe se dote d’objectifs climat-énergie ambitieux. Cela facilitera sa propre transition énergétique, en réduisant les coûts et en lui permettant de développer des marchés à l’exportations dans les secteurs d’avenir (énergies renouvelables, efficacité énergétique).

La position du gouvernement allemand repose globalement sur l’accord de coalition entre les deux principaux partis, SPD et CDU. Ce dernier prévoit « au moins » 40% de baisse d’émissions au niveau européen d’ici à 2030 (par rapport à 1990) et soutient l’adoption de deux autres objectifs européens en matière de déploiement des énergies renouvelables et de gains d’efficacité énergétique.

Après les propositions très peu ambitieuses de la Commission européenne pour le prochain Paquet énergie climat 2030, l’UE a besoin d’un leader pour relever le niveau d’ambition.

Angela Merkel doit donc assumer un leadership européen et convaincre ses partenaires, dont la France, d’adopter un trio d’objectifs climatiques et énergétique à l’horizon 2030 :

- au moins 55% de baisse des gaz à effet de serre (par rapport à 1990),
- 45% d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie de l’UE,
- 40% d’économies d’énergie par rapport à 2005.

En particulier, l’adoption d’un objectif d’énergie renouvelable pleinement contraignant, comme c’est le cas dans le Paquet énergie-climat actuel, est aujourd’hui remise en cause. La France et le Royaume-Uni sont au premier rang des opposants à cet objectif. L’Allemagne doit se faire le défenseur du développement des énergies renouvelables en Europe, en refusant catégoriquement d’adopter un compromis européen sans un tel objectif.

Un objectif pleinement contraignant sur les énergies renouvelables, avec des obligations nationales, c’est la garantie de l’atteinte de nos objectifs climatiques. C’est aussi la garantie du développement de nouvelles filières industrielles et de la création de nouveaux emplois en Europe, dont nous avons grandement besoin aujourd’hui. D’après la Commission européenne, au moins 600 000 emplois supplémentaires seraient créés en Europe d’ici à 2030, à travers l’adoption d’un objectif européen de développement des énergies renouvelables.