Partie 3 sur 7 du dossier : La troisième révolution industrielle

Le passage aux énergies renouvelables distribuées constitue le premier pilier de la troisième révolution industrielle.

En choisissant de disposer d’un mix énergétique cent pour cent renouvelable à l’horizon 2050, le Nord-Pas de Calais va permettre à ses entreprises et à ses habitants de bénéficier d’une énergie propre et durable dont les coûts de production finiront par tendre vers zéro.

“Profitant de son retard” dans le domaine, la région bénéficiera de la baisse logarithmique des prix des composants, et ’appuiera sur ses spécificités territoriales (secteur industriel prometteur en matière de récupération d’énergie, potentiel éolien avéré, nombreux espaces fonciers en attente de reconversion…), pour devenir à l’horizon 2050, une des premières au monde à basculer complètement dans l’ère post carbone.

-„ Faciliter le déploiement de l’énergie photovoltaïque et solaire : la région pourra encourager la création de coopératives (sur le modèle des coopératives agricoles) afin de démultiplier les capacités d’installation, la création d’un cadastre solaire accessible à tous qui aidera les investisseurs et les coopératives à identifier les espaces éventuellement exploitables, et enfin la simplification des démarches administratives qui régissent la connexion des installations photovoltaïques au réseau (un an de délai actuellement en France, contre 8 semaines en allemagne).

-„ Exploiter le potentiel foncier et maritime disponible pour l’éolien : le potentiel éolien du Nord-pas de calais, estimé à 3000 MWh/an, constitue la première source d’énergie renouvelable techniquement exploitable sur place. l’exploitation des sites en reconversion permettra d’atténuer l’impact des installations et de réduire considérablement les coûts de construction et d’exploitation (transport facilité, besoin en voiries nouvelles diminué, connexion au réseau rapprochée).

„- Exploiter le potentiel en biomasse : la production de biogaz, dans les fermes agricoles, par méthanisation des déchets organiques non comestibles issus de l’agriculture, de la collecte des déchets ménagers ou de l’agro-industrie, pourrait, à elle seule, fournir 40% des besoins en gaz de la région d’ici 2050.

Dossier<< Troisième révolution industrielle dans le Nord-Pas de Calais : accroître l’efficacité énergétiquePilier 2 de la troisième révolution industrielle : développer les bâtiments producteurs d’énergie >>