Afin de faciliter la réalisation par les entreprises de leur évaluation a priori du risque amiante, et ainsi favoriser le recours aux modes opératoires et équipements de protection les plus adaptés à chaque situation de travail et à l’empoussièrement, les 3 signataires lancent la réalisation d’une campagne de mesurage sur chantiers pour établir une cartographie représentative de l’empoussièrement amiante des processus de travail, essentiellement de courtes durées, couramment utilisés dans le BTP. Les entreprises de la branche pourront ainsi fonder leur évaluation sur une base de données reconnue et facilement accessible.

Cette nouvelle campagne de mesures sur chantiers vient compléter celle réalisée, à l’initiative de la DGT, avec le concours d’entreprises volontaires du BTP, et exploitée par l’INRS, dite « campagne META ».

Des engagements et des moyens

Les trois signataires ont conjugué leurs moyens et compétences afin de mettre en œuvre les actions suivantes :

  • Établir un protocole de mesurage adapté aux interventions de courtes durées, à faibles ou forts empoussièrements.
  • Fournir aux entreprises une cartographie des empoussièrements constatés, base de données de référence pour qu’elles puissent remplir leur obligation d’évaluation initiale du risque amiante.
  • Accompagner les entreprises, en particulier les PME/TPE, et leurs salariés, ainsi que les donneurs d’ordres, par des conseils appropriés en matière de protection collective et individuelle établis sur la base de résultats reconnus.

Cette convention fait suite à une décision du Conseil du Comité national de l’OPPBTP qui financera la totalité du projet à hauteur de 500 k€.

Elle répond à une initiative du BTP qui s’engage, via ses quatre organisations professionnelles (FFB, CAPEB, FNTP, FSCOP BTP), à fournir de 400 à 800 chantiers sur tout le territoire, sur lesquels des mesures d’empoussièrement seront réalisées. Un réseau de 15 Conseillers et Ingénieurs prévention de l’OPPBTP et de 15 ingénieurs conseil ou contrôleurs de sécurité des CARSAT veilleront, partout en France, à la bonne mise en œuvre du protocole de mesurage.

La phase opérationnelle du projet démarre cet été et les conclusions sont attendues pour septembre 2015.