Le GIP, Groupement Industrie Promotion, est constitué de 50 industriels du bâtiment, bureaux de contrôle et fournisseurs d’énergie dont la préoccupation première, depuis plus de 20 ans, est l’amélioration de la qualité dans la construction par un meilleur échange entre les professionnels de l’acte de construire. C’est pourquoi le GIP organise au fil de l’année, à Paris et dans les régions, des réunions techniques, des débats, des journées thématiques visant à rassembler les maîtres d’ouvrage privés et publics, architectes, bureaux d’études, économistes et entreprises, pour mieux anticiper les grands bouleversements des modes constructifs provoqués par le Grenelle de l’environnement.

11.28 GIP  (13 sur 18)

« Votre secteur est un partenaire de l’âge ! » c’est ainsi que Michèle Delaunay, ministre déléguée aux personnes âgées et à l’autonomie, a clôturé la conférence débat du GIP Ile-de-France sur le thème « Quel habitat pour nos séniors ? ». 

Cette phrase souligne l’intérêt exprimé ce soir-là par les professionnels de l’habitat vis-à-vis de cette problématique. Pendant une heure, des intervenants de tous horizons se sont succédés, pour évoquer les solutions possibles et les retours d’expériences sur des projets déjà initiés.

Michèle Delaunay a profité de son intervention pour annoncer les grandes lignes de la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement. Ce projet intégrera des mesures pour l’adaptation du logement et des dispositions financières pour améliorer l’accès aux aides techniques. La ministre a aussi donné des pistes de réponses aux professionnels, en soulignant « il faut des appartements non-stigmatisant avec de beaux objets et du design » ; elle a aussi ajouté « vous devez trouver les mots pour en parler et donner l’idée que le logement est un partenaire de l’autonomie ».

Les prochaines décennies seront marquées par l’évolution du nombre de séniors, une conséquence directe de l’allongement de la durée de vie, du vieillissement des baby-boomer et de l’inversion de la pyramide des âges. Comme l’a indiqué en introduction Jean-François Dumand, Président du GIP Ile-de-France, « il faut imaginer comment retarder le passage des séniore en structures spécialisées. » En eet, l’allongement du maintien à domicile contribue au bien-être des séniors et coûte moins cher que l’accueil en EHPAD.

Mobilisation de professionnels de l’habitat

La réflexion du GIP vise à repenser la ville et le logement en général pour contribuer à l’accessibilité du domicile. Au-delà de l’adaptation des logements existants, il est nécessaire d’anticiper sur l’avenir du logement collectif privé et social, pour en optimiser la situation, l’accès et l’organisation. La réussite de telles ambitions nécessite une approche fonctionnelle du logement, avec des solutions qui permettent de gagner en confort au quotidien et de s’adapter très simplement en cas de perte d’autonomie. Des solutions voient d’ores et déjà le jour, et démontrent à la fois la prise de conscience des français vis-à-vis de la perte d’autonomie et surtout la volonté des acteurs du secteur d’apporter des réponses adaptées.