Sabine Basili, vice présidence de la CAPEB et Ingrid Nappi-Choulet, professeur-chercheur à l’ESSEC, ont remis à Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Durable, un rapport de propositions sur l’accompagnement des petites structures de la filière face aux enjeux de la transition énergétique. Dans l’objectif d’une meilleure mise en oeuvre de la performance énergétique, l’ensemble de la filière s’accorde sur la nécessité d’une nouvelle approche organisationnelle qui nécessite une coopération renforcée de l’ensemble des acteurs de la filière afin que tous puissent travailler ensemble. Cette évolution devrait participer à l’amélioration de la productivité des entreprises et de la maîtrise d’oeuvre.

renovation energetique filiere batiment

Le rapport développe deux grandes typologies de propositions :
Les groupements d’entreprises
Ainsi, le rapport insiste sur la nécessité de mettre en place rapidement une méthodologie dans la création et le suivi des groupements d’entreprises. Il souligne également la nécessité de procéder à différents ajustements législatifs et réglementaires nécessaires pour sécuriser et favoriser la reconnaissance de ces groupements.
Les outils numériques
Il est essentiel de  veiller à délivrer une information coordonnée à l’égard des professionnels de la filière.  Le rapport souligne le caractère stratégique de la formation pour permettre la synergie entre les acteurs et le développement d’une rénovation énergétique de qualité. Le groupe  de travail propose de créer et développer les outils numériques pédagogiques de créer des outils numériques spécifiques afin d’accélérer les démarches de formation.
Les sept propositions
1 : Développer des méthodologies de mise en place des groupements de professionnels 
Cette proposition s’articule en plusieurs volets : concevoir et valoriser une démarche méthodologique pour monter des actions groupées, développer l’accompagnement physique ou numérique de cette méthodologie, prévoir des modules de formation « travailler ensemble dans le bâtiment », observer et capitaliser sur les retours d’expérience.
2 : Renforcer la reconnaissance RGE pour les groupements permanents 
Il est proposé de renforcer la reconnaissance RGE des groupements permanents suivant deux modèles existants : soit sur le modèle de la qualification 8632 « Efficacité énergétique, offre globale » de QUALIBAT s’il existe un référent technique (ex : coopératives,..) Soit l’ensemble des entreprises adhérentes est RGE (ex : GIE, associations…)
3 : Protéger juridiquement les groupements momentanés d’entreprises et leurs membres
Ceci suppose de trouver un équilibre entre la protection des entreprises et, tout particulièrement du mandataire commun et les garanties nécessaires que sont en droit d’attendre les maîtres d’ouvrage sur la bonne réalisation des travaux (en termes économiques, de délais, notamment en cas de défaillances d’une entreprise,…).
Il est à prévoir la réalisation de documents uniques, rassemblant des informations communes sans provoquer la requalification de fait (ex : propositions tarifaires, relevés de factures, modes de paiements,…).
4 : Promouvoir et valoriser des offres globales, complètes et différenciées
Il convient d’élaborer et de valoriser des offres pour les logements individuels, les copropriétés, les territoires, le petit tertiaire.
L’offre consacrée aux logements individuels reposerait notamment sur l’intervention coordonnée de différents corps d’états, avec ou sans maîtrise d’oeuvre (en phase de travaux), sur la proposition de devis cohérents les uns avec les autres, sur des plannings de RDV de chantier partagés…
L’offre destinée aux copropriétés s’appuierait sur la bonne articulation entre les financeurs (ex : Eco-PTZ collectif), les administrateurs de biens, les copropriétaires (vote en assemblée générale), le bureau d’études thermiques, les entreprises, les architectes,…
L’offre à l’échelle du territoire serait consacrée aux lotissements dont les constructions sont thermiquement homogènes car construites dans un laps de temps très court. Il bénéficierait de l’impulsion des collectivités territoriales.
L’offre dédiée au petit tertiaire (public et privé) viserait les commerçants, professions libérales, communes, collectivités territoriales afin de les aider à trouver des produits adaptés à leurs travaux de rénovation énergétique en y intégrant les travaux d’accessibilité.
5 : Développer la brique « professionnels » du site « j’éco-rénove, j’économise » 
Un espace dédié aux professionnels qui contiendrait au moins deux rubriques distinctes : une rubrique « Je m’informe – Je me forme » pour renforcer les outils existants d’information et de sensibilisation des acteurs en les réunissant dans un espace unique ; une rubrique « Je recherche un partenaire » et une rubrique « Je me groupe ».
6 : Développer des documents harmonisés pour l’ensemble des acteurs 
Définir un certificat numérique RGE harmonisé entre les différents signes de qualité RGE Rénovation. Il vise à présenter sur internet et de manière simple les exigences rattachées à la mention RGE de manière commune à toutes les qualifications. Il indique également les actions de performance énergétique auxquelles il se rattache.
Harmoniser les factures et devis de travaux pour faciliter la comparaison des offres proposées et accélérer l’instruction du dossier en cas d’Eco-prêt à taux zéro. L’obtention d’aides publiques nécessitent un format de factures et devis et une mise en oeuvre dans les logiciels de gestion d’un paramétrage harmonisé entre les exigences réglementaires et les développeurs de logiciels.
7 : Renforcer les outils numériques de formation de type MOOC ou SPOC
Les MOOC (Massive Open Online Courses) constituent un mode d’apprentissage en ligne innovant et sont aujourd’hui reconnus comme une pédagogie ouverte favorisant les réseaux de contenus. Accessibles gratuitement à tous, ils permettent d’enseigner à distance et de façon interactive à toute une communauté d’apprenants organisée en réseau social. Leur accès est permanent et permet aux apprenants d’adapter leur formation au temps disponible (soir, week-end, etc.). (Un des freins recensés et mis en exergue par les acteurs de la filière est en effet la difficulté de trouver un temps de formation et de qualification). A la différence des MOOC, les SPOC (Small Private Online Classes) sont quant à eux des cours privés de plus petite taille.
Les MOOC et les SPOC permettent de développer les interactions et les pratiques collectives entre les participants et la création de communauté d’intérêt, en proposant en ligne plusieurs types de ressources : vidéos pédagogiques, conférences en ligne, projets de groupe avec évaluation par les pairs, exercices ou situations problèmes évalués par les pairs, etc.
Avec ces différentes recommandations, le Plan Bâtiment Durable souhaite permettre aux TPE de la filière de s’adapter au marché de l’efficacité énergétique tout en améliorant leur compétitivité et en maintenant la vitalité de leur présence sur le territoire.