Etangs%20Gobert%20Ouverture%20(52)

La Ville de Versailles ouvre le jardin des étangs Gobert et donne vie aux anciens réservoirs des fontaines du Château de Versailles, laissés à l’abandon.

Ce projet s’inscrit dans une démarche de requalification complète du quartier initiée par François de Mazières, député-maire de Versailles et ancien président de la Cité de l’architecture et du patrimoine, qui a choisi de privilégier les relations fonctionnelles entre la gare et la ville.

Réalisé par l’équipe composée de Michel Desvigne pour le paysage et d’Inessa Hansch pour la création de la pièce de mobilier, ce nouveau jardin se situe dans la continuité de l’avenue de Sceaux, l’une des trois branches du «trident» urbain de Le Nôtre. Cette réhabilitation s’inscrit dans le cadre du réaménagement du pôle multimodal de la gare des Chantiers, situé derrière les étangs et a pour vocation de créer un vé- ritable espace de détente et de promenade à proximité de la gare, tout en améliorant l’accessibilité du quartier.

Réhabiliter un patrimoine naturel et historique

Dès l’origine, sous le règne de Louis XIV, le tracé fondateur de la ville à travers les trois grandes avenues qui convergent au Château a été interrompu au niveau de l’avenue de Sceaux par le relief boisé des Gonards. Afin d’utiliser le potentiel de cet espace surélevé, deux bas- sins de stockage des eaux y ont été construits par l’intendant Thomas Gobert pour alimenter les fontaines de la partie basse du parc du Château. Ce site comportait deux réservoirs de stockage d’eau du châ- teau et un ensemble d’aménagements hydrauliques, construits sous Louis XVI. Aujourd’hui réhabilité, il se caractérise par la préservation de ces aménagements hydrauliques uniques en cœur de ville et par des allées plantées dans un environnement clos et protégé, favorable au développement d’un espace naturel.

Versailles-Chantiers : désenclaver la 2ème gare d’Île-de-France dans le cadre d’une requalification urbaine complète du quartier

Ouvert au public en septembre 2013, le passage du jardin des étangs Gobert est un trait d’union paysager qui désenclave le quartier de la gare Versailles-Chantiers, 2ème gare d’Île-de-France en termes de flux (64000 voyageurs/jour aujourd’hui, 86 000 prévus en 2030), en le reliant au quar- tier Saint-Louis, cœur historique et commerçant de la ville.

Le pôle d’échange multimodal: une nouvelle connexion entre les quartiers Chantiers et Saint-Louis

Cette opération, conduite par l’agence AREP, a permis la création d’une passerelle aérienne piétonne et d’une voie de franchissement entre la place des Francine et la future gare routière. Elle constitue une maille nouvelle du réseau piétonnier, favorisant ainsi la pratique des circulations douces. Cette traversée urbaine répond à des usages variés : une déambulation pro- pice à la flânerie et à la découverte des lieux ou, pour les plus pressés, un parcours direct permettant les liaisons inter-quartiers et vers la gare.

Versailles, laboratoire et fabrique de la ville de demain

Ville nouvelle au XVIIe, ville nature depuis ses origines, profondément transformée par la création de trois gares au XIXe, à l’avant-garde du loge- ment social dans les Trente Glorieuses, Versailles est à la fois héritière de son passé et un laboratoire urbain actif où se pense et se fabrique la ville de demain. François de Mazières veut renouer avec cette tradition de pré- curseur : « Versailles doit devenir une référence internationale sur le véritable enjeu de la ville de demain: le mariage harmonieux ville-nature. Elle doit montrer l’exemple pour faire avancer la pensée architecturale qui est inscrite dans ses gènes. Depuis 2008, notre mission est de valoriser son patrimoine architectural et végétal, et de l’ancrer dans la modernité en faisant appel à des architectes et paysagistes de talents.»