Nuage CO2

En avril, pour la première fois, les concentrations mensuelles de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère ont dépassé 400 parties par million (ppm) dans tout l’hémisphère Nord. Ce seuil est hautement symbolique sur le plan scientifique, et le fait qu’il ait été franchi démontre une fois de plus que l’exploitation de combustibles fossiles est responsable, ainsi que d’autres activités humaines, de l’augmentation continue des concentrations de gaz à effet de serre qui réchauffent notre planète.

Toutes les stations de surveillance de l’hémisphère Nord qui constituent le réseau de la Veille de l’atmosphère globale de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) ont signalé des concentrations records de CO2 dans l’atmosphère durant le pic saisonnier, qui intervient au début du printemps boréal, avant que ce gaz ne soit absorbé par la croissance végétale.

Alors que les valeurs maximales relevées au printemps dans l’hémisphère Nord ont déjà passé la barre des 400 ppm, la concentration de CO2 à l’échelle du globe, en moyenne annuelle, devrait franchir ce seuil en 2015 ou 2016.

Le CO2 persiste dans l’atmosphère pendant des centaines d’années, et sa durée de vie dans les océans est encore plus longue. C’est le principal gaz à effet de serre rejeté par les activités humaines: il a contribué à l’augmentation du forçage radiatif – qui induit un réchauffement du système climatique – à hauteur de 85% sur la décennie 2002-2012.